Mon Petit Prince, fragment du livre.

Dernière mise à jour : 11 mai 2021



Intermède

Un jour, deux cosmonautes ont volé dans l'espace. Les moteurs fonctionnaient à pleine vitesse, la poussée était si forte qu'ils étaient collés aux sièges. Quand ils ont finalement quitté l'atmosphère terrestre et se sont retrouvés en orbite, la voix du communicateur radio parla :

— Félicitations ! Tout va bien !

Les astronautes poussèrent un soupir de soulagement lorsque la voix reprit :

— Capitaine Smith ! Votre femme a appelé, elle était très contrariée !

— Qu'est-il arrivé ? Pourquoi a-t-elle appelé ? demanda le capitaine effrayé.

— Parce que tu n'as pas fait la vaisselle avant de partir et que tu n'as pas fait les poubelles, comme elle l'a demandé...

Chacun a ses propres priorités... Les gens pensent que la chose la plus importante dans le monde est ce qu'ils font.

Le capitaine Smith, depuis son enfance, aimait « Le Petit Prince ». Je peux même dire que grâce à mon livre il est devenu capitaine de navette spatiale. Quand on lui a proposé de commander une mission pour enquêter sur la ceinture d'astéroïdes autour du Soleil entre les orbites de Mars et de Jupiter, il a immédiatement accepté. Le capitaine était un homme sérieux, car un tel travail n'est pas pour les irresponsables, mais il avait secrètement espéré trouver le célèbre astéroïde B-612, découvert près de cent ans plus tôt par un astronome turc. Bien sûr, nous parlons de la petite planète du Petit Prince, avec ses trois volcans.

Le capitaine Smith avait un doctorat en astrophysique, il était évident pour lui, que même s'il trouvait cet astéroïde parmi des millions d'autres, il ne trouverait ni plus ni moins qu'un morceau de roche dépourvue de toute vie. De quel droit la vie existerait dans un endroit dépourvu d'atmosphère, de chaleur ou même d'une gravité qui sont si importantes. Il n'y avait donc pas de faux espoir de rencontrer le Petit Prince, ou même de trouver les restes de la Rose... Non, le capitaine Smith était un homme sérieux, et avec un soupçon de nostalgie, il voulait seulement trouver le morceau de roche qui était autrefois l'objet de ses rêves.

— J'ai entendu mon fils prier après la dernière catastrophe, dit le camarade de Smith. Il a dit : « Seigneur Dieu, prends soin de toi là-haut, car si quelque chose t'arrive, ce sera mauvais pour nous. »

— Vous avez un enfant intelligent, a déclaré le capitaine. Il a le même point de vue que Gagarine, qui a dit lorsqu'il était dans l'espace et qu'il n'a pas vu Dieu, que Dieu n'existe pas.

Finalement, ils ont passé l'orbite de Mars. La planète rouge disparaissait lentement derrière eux quand ils ont vu une énorme bande de pierre qui semblait être immobile dans le vide.

— Connaissez-vous la similitude entre la Terre et l'espace ? demanda le capitaine.

— Quoi ?

— Vous ne pouvez pas vivre sur Terre aussi... dit Smith, mais la blague qu'il avait dite à ses amis des centaines de fois, avait cessé d'être drôle à des millions de kilomètres de la Terre.

Ils approchaient de la destination. Ils étaient tous les deux très nerveux, car l'étape la plus dangereuse les attendait : manœuvrer entre les astéroïdes et atterrir sur l'un d'entre eux. Une erreur suffit et ils mourront sur le coup.

En fin de compte, l'ordinateur de bord donna les informations attendues : l'astéroïde B-612 était juste devant eux ! C'était exactement ce dont Smith se souvenait de mon livre : petit, complètement rond avec trois petits volcans. En raison de la taille de la planète du Petit Prince, il était impossible d'atterrir dessus, mais le capitaine décida de quitter la navette pour recueillir des échantillons.

Sa surprise fut énorme lorsqu'il trouva un morceau de papier sous une roche sur la surface de l'astéroïde. D'un côté, un mouton était dessiné et, de l'autre côté, quelques lignes de texte manuscrit :

Cher capitaine Smith,

Je suis très content que vous soyez venu de si loin pour me trouver. Cependant, vous avez oublié qu'on ne voit bien qu'avec votre cœur et que ce qui est le plus important est caché à la vue…

Mais, en profitant de votre présence, je vous demande une petite faveur : pourriez-vous dessiner une brebis pour mon mouton au verso ?

Meilleurs vœux,

Petit Prince.




104 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout