Lettres du diable gardien

13,01


Bienvenue,

J’ai écouté attentivement la conversation que vous avez eue avec votre collègue de travail et j’ai décidé que sans attendre la lettre de votre conseiller, j'allais vous écrire quelques mots.

Le sujet était décent, sur l’apprentissage d’autres cultures et civilisations, mais à un moment donné, votre ami a dit qu’il n’aimait pas le tourisme. Vous avez trouvé ça drôle, mais j’ai pensé qu’il serait bon que vous vous y attardiez un instant. Supposons que vous vous intéressiez à l’architecture de l’Amérique précolombienne. Y a-t-il quelque chose de mal à découvrir d’autres cultures ? – vous demande t-il. Bien sûr que non. Cependant, savez-vous quelle est la différence fondamentale entre un touriste et un chercheur ? Et je ne parle pas du niveau de connaissance sur un sujet donné, c’est un autre cas. Quand un touriste vient en visite, il est comme un roi qui dit aux bouffons : danse pour moi, saute. Voici votre argent, divertissez-moi! Il se sent plus important que la culture qu’il a découverte. Tout le monde autour danse pour lui : les guides touristiques, les serveurs d’un restaurant, même le clergé, ou de simples habitants sauteront pour l’argent du touriste.

Le chercheur sait qu’il a affaire à quelque chose de grand, à quelque chose qui dépasse son ego, ses envies ou ses caprices. Après tout, ce n’est pas la culture pour lui, mais lui pour elle, car il se sent petit avec son immensité. Et donc... Il ne le traite pas comme un jouet, comme un jeu censé l’intéresser, car sinon, il le jettera ou le changera.

Donc, si vous vous intéressez à l’architecture de l’Amérique précolombienne, vous devez choisir qui vous voulez devenir : un touriste ou un chercheur. En tant que touriste, vous n’aurez aucune difficulté, il vous suffit de collecter de l’argent pour vous rendre au Pérou ou au Chili. Mais quand on veut devenir chercheur, on se rend vite compte que pour vraiment connaître leur architecture, il faut apprendre la langue, connaître l’histoire, les coutumes, la religion, comprendre la mentalité de ces gens, et enfin vous vous vous rendrez compte que vous avez vraiment besoin d’y vivre et de grandir au moins partiellement dans la culture locale, sinon vous ne comprendrez vraiment rien. Ce n’est qu’alors que vous comprendrez à quel point le comportement des touristes ennuyés qui, avec un portefeuille plein d’argent, recherchent plus des clowns pour les divertir, est superficiel et stupide.

Pourquoi je vous écris à propos de tout ça ? De peur que vous ne deveniez un touriste intellectuel ou, pire, spirituel. Que vous abordiez les choses importantes avec une bonne humilité. Pas comme un roi (ou un gamin) qui dit: m’amuser parce que je m’ennuie ! Danser! Sauter !

Il faut aborder les choses importantes avec humilité comme un chercheur qui sait que même s’il se consacre entièrement à apprendre quelque chose, il n’aura pas assez de raison, d’intelligence ou de vie pour cela... Mais cela vaut toujours la peine d'apprendre à connaître le monde.


Votre ange.



84 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout