Lettre du diable gardien

02,05


Bienvenue,


J'espère que vous avez enfin appris à distinguer le mensonge de la vérité, à repérer les manières dont votre adversaire essaie de vous manipuler de toutes parts. Que vous avez enfin compris l'absurdité de ses arguments. Adopter son récit est à courte vue, extrêmement égoïste et conduit inévitablement au malheur. Vous ne pouvez pas construire votre bonheur sur les plaisirs (bien qu'il ne soit dit nulle part que leur bon usage est mauvais), ni sur la complaisance, ni sur la confiance en soi. De plus, il n'est même pas bon de "construire" intentionnellement son propre bonheur, car une fois que nous l'avons, cela devrait être un effet secondaire d'une vie "décente".

Voilà pour le dossier. Si vous êtes coincé quelque part, que vous ne comprenez pas quelque chose ou que vous n'êtes toujours pas d'accord avec quelque chose, je vous recommande de vous arrêter là et de repenser le sujet. Tant que vous avez appris à LIRE AVEC COMPRÉHENSION, dans les lettres précédentes, je vous assure que vous trouverez la bonne réponse.

Lisez-vous plus loin? Bravo! Félicitations d'avoir atteint cet endroit important où les univers se rencontrent, où la philosophie se termine et la VRAIE VIE commence. À partir de la prochaine lettre, nous commencerons enfin à approfondir, à parler de choses vraiment importantes. C'est bien que tu aies enfin cessé d'être un adolescent intellectuel et spirituel, rebelle, qui, pensant qu'il est unique, répète le même schéma ennuyeux à partir d'une matrice : la même coiffure, le même pantalon, la même musique, les mêmes opinions et valeurs . Bravo.

Il y a eu de nombreuses écoles et systèmes philosophiques à travers l'histoire, mais ils sont généralement être divisés en deux types : ceux qui proposent les valeurs de votre adversaire et, d'autre part, ceux qui expriment plus ou moins les valeurs que je représente.

Les sophistes, philosophes itinérants - enseignants de la Grèce antique enseignaient que seul ce qui est utile a de la valeur, que la morale est une invention de l'homme, que "l'homme est la mesure de toutes choses". Les "trois grands philosophes" - c'est-à-dire Socrate, Platon et Aristote, qui ont soutenu qu'il existe des valeurs universelles, n'étaient pas d'accord avec elles, ont combattu le relativisme, l'égoïsme et, en général, la stupidité. Les siècles suivants ont amené diverses écoles philosophiques dans lesquelles les idées sont passées comme un pendule de l'idéalisme platonicien à la logique aristotélicienne, mais jamais les concepts philosophiques généraux n'ont dépassé le sens commun. Jusqu'au 19ème siècle ... Avec Nietzsche, Schopenhauer et Marx, le monde a eu une répétition des sophistes pré-socratiques ... .

Pendant tout ce temps, il y avait de bons systèmes qui reflétaient mieux ou pire la véritable situation. Après la grande triade des philosophes grecs sont venus les stoïciens qui parlaient de renoncer au plaisir, mais au nom d'un égoïsme encore plus grand. A la même époque en Extrême-Orient, le bouddhisme, si populaire aujourd'hui, est né, qui n'est pas - comme le voudraient les auditeurs occidentaux de votre adversaire - qu'une simple philosophie. Le bouddhisme est la croyance en des êtres immatériels, semblables aux dieux, aux anges, en une réincarnation et un karma scientifiquement ou logiquement inexplicables. Si quelqu'un prétend que la croyance aux dieux et leur culte dans les temples font partie de la philosophie, il doit immédiatement arrêter de lire et revenir à la lettre de la Vérité. Laissant de côté l'aspect religieux, on pourrait trouver un bon système philosophique cohérent dans le bouddhisme si sa proposition ne se centrait sur elle-même. C'est semblable au stoïcisme qui, contrairement à l'opinion, est une forme plus intelligente d'égoïsme. La plus fidèle à la vérité est la philosophie chrétienne qui, s'inspirant et développant la philosophie grecque, a atteint les limites de la philosophie elle-même.

Qu'est-ce que ça veut dire? Quelles sont les « limites de la philosophie » ? Tant que votre adversaire ne veut pas vous embrouiller à nouveau, ce que je ne veux pas croire, la prochaine lettre en parlera.


Ton ange.



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout