les lettres du diable gardien

30,10


Mon cher,


Le temps passe inexorablement, mais j'apprends à mieux vous connaître chaque jour. J'ai l'impression que je pourrais lire en vous comme dans un livre plutôt simple à décrypter... Je vous le prouverai dans un instant.

Vous êtes fier de votre diplôme, de la carrière que vous avez commencé, de votre femme et de vos enfants. Tout cela vous a donné une certaine position dans la société dans laquelle vous êtes devenu une personne respectée. Mais je pense que vous êtes le plus fier de ce respect et de cette position sociale, vous devez me l'admettre. Vous avez votre "grandeur", vous n'êtes plus personne.

Oui, vous l'avez deviné, je veux vous écrire sur la grandeur cette fois. Votre objectif principal est d'être "le plus grand", c'est-à-dire "plus grand que les autres” , car c'est de cela qu'il s'agit, vous comparer aux autres. Si vous viviez il y a deux cents ans et gagniez dix fois moins qu'aujourd'hui, vous seriez plus heureux parce que les gens autour de vous auraient encore beaucoup moins que vous. Admettez que conduire votre voiture vous procure le plus de satisfaction non pas pour le confort, mais parce que les autres conduisent des voitures de qualité inférieure.

Chaque fois que vous vous comparez aux autres, évaluez et donnez des points pour l'apparence, l'accent, les revenus, le sens de l'humour, l'origine, le mode d'expression et même les loisirs. Vous évaluez les choix et les points de vue. Et vous savez quoi? Vous etes vraiment doué pour ça. La chose la plus importante, cependant, est que vous en ressortiez grand à chaque fois. Après tout, vous êtes assez éloquent et instruit. Vous avez parcouru un long chemin et je peux vous garantir que vous en obtiendrez encore plus. Vous gagnerez encore plus de d’argent, conduirez une voiture encore meilleure, vous aurez un appartement encore plus grand et les gens vous respecteront encore plus. Comme on dit? Si seulement il y avait la santé...

Je suis très heureux que tout soit si beau pour vous dans la vie. Vraiment. Croyez-moi, moi je suis le plus heureux de vos succès.


Luc.


Bienvenue,

Omnia vanitas... C'est tout ce que j'ai à vous dire. Vanitas vanitatum. Traduisez-le vous-même le Grand.


Votre ange.



60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout